Prévention et Sécurité routière

Prévention et sécurité routière. Diminuons les risques routiers

La première cause d’accident mortel au travail est l’accident lié à la vigilance au volant d’une voiture. Ainsi, le risque lié à une mauvaise vigilance au volant d’un véhicule est un risque que prennent les professionnels à ne pas négliger. Effectivement, anticiper ce risque, c’est éviter des conséquences dramatiques qui affectent autant les collaborateurs de l’entreprise, ainsi que l’entreprise elle-même.

Définition du risque routier professionnel

Sur la route, nous pouvons distinguer deux risques principaux qui peuvent affecter les collaborateurs qui conduisent : 

Le « risque mission ». Il s’agit du risque qui s’adresse essentiellement à tous les collaborateurs qui doivent effectuer un déplacement dans le cadre de leur activité professionnelle. 

Le « risque trajet ». Il s’agit du risque qui s’adresse essentiellement aux collaborateurs qui doivent effectuer un déplacement de leur lieu de travail. Et ce, jusqu’à leur domicile ou vers le lieu de restauration. 

Afin de prévenir ces risques, il faut tout d’abord sensibiliser l’ensemble du personnel au respect des règles globales. Notamment celles concernant l’alcool lorsque l’on prend le volant. Mais aussi les limitations de vitesse, le port de la ceinture de sécurité, l’utilisation du téléphone, etc.

Prévenir ne suffit pas toujours et ainsi, il faut également mettre en place une politique de prévention. En effet, cette prévention s’applique aux quatre grands domaines de la conduite. Ce sont les déplacements lors des heures de travail, les véhicules, les communications et les compétences des employés.

Les accidents liés au risque routier professionnel

En 2017, 1 personne sur 10 est décédée sur la route au cours d’un trajet domicile – travail.

Les accidents liés au risque routier professionnel

Les accidents de la circulation sont la première cause de mortalité liée au travail. 

En 2017, il est officiellement enregistré 480 décès sur les routes lors d’un déplacement effectué lors des heures du travail. Développons dans le détail :

Effectivement, 124 personnes, soit 4 % de la mortalité routière sont décédées lors d’un trajet réalisé dans l’exercice d’une mission professionnelle. 

En plus, 339 personnes, soit 10 % de la mortalité routière sont décédées lors d’un trajet domicile-travail.

Enfin, la moitié des usagers sont tués lors d’un trajet professionnel au volant d’un poids lourds ou d’un véhicule utilitaire. 

Ainsi, dans 38 % des cas comptabilisés au cours d’une année, au moins l’une des personnes au minimum effectue un trajet lié au travail. Cela constitue 21 673 accidents.

Nous voyons donc pourquoi la Sécurité routière est primordiale afin de préserver la vie des conducteurs. En effet, il est à la responsabilité de l’employeur de s’assurer de l’évaluation des risques tout en respectant le cadre réglementaire.

Quelles règles de prévention devez-vous respecter ?

Sur la route, il existe deux risques principaux pour les conducteurs. Le risque mission, s’ils se déplacent dans le cadre de leur activité professionnelle, ainsi que le risque trajet. Ces risques sont lorsque l’employé se déplace son lieu de travail et son lieu de domicile, ainsi que sur le lieu de restauration. Nous l’avons déjà évoqué plus haut. La Sécurité routière vous permet de vous informer des règles de prévention destinées à réduire au minimum le risque routier professionnel.

De plus, la mise en place d’un plan de prévention du risque au niveau du trajet n’est pas une obligation légale. Mais ce plan de prévention montre la volonté d’agir ensemble des employeurs et de leur personnel. De plus, les partenaires sociaux peuvent également mettre en place un code de bonnes pratiques. Il existe également plusieurs démarches comme les Plans de déplacement d’entreprises (PDE) qui sont vivement encouragées par la loi.

Enfin, la prévention du risque mission se place légitimement dans le cadre réglementaire de l’évaluation des risques professionnels. Cette évaluation des risques se retrouve dans le document unique que doit établir l’employeur ou chef d’établissement employant un ou plusieurs salariés. 

Nous pouvons citer la loi n°91 – 1414 du 31 décembre 1991. Elle indique que le chef d’établissement a le devoir « de prendre les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs de l’établissement, y compris les travailleurs temporaires ».

Comment réduire le risque routier professionnel à son minimum ?

Communiquer au sein de son entreprise, prévenir les risques routiers professionnel ainsi que réaliser des protocoles permet de faire de la sécurité routière une priorité. 

Prévenir ce risque c’est bien sûr sensibiliser l’ensemble du personnel au respect des règles. Ces règles sont en matière d’alcool au volant, de limitations de vitesse, de port de la ceinture, d’utilisation du téléphone. Mais c’est surtout un acte de management qui passe par la mise en place d’une prévention efficace. Cette prévention s’appuie sur les quatre grands domaines que sont, les déplacements, les véhicules, les communications et les compétences. 

Les partenaires sociaux ont donc adoptés pour la mission un code de bonnes pratiques concernant :

Les déplacements           
Tous déplacements effectués de manière professionnelle dépend de l’organisation du travail que l’entreprise à décider de mettre en œuvre. Cela aura pour but de réduire le nombre des déplacements ainsi que sa fréquence dans le but de diminuer les risques encourus.

Les véhicules        
Sécurité, entretien et adaptation à l’usage sont les maîtres mots des véhicules utilisés dans le cadre professionnel afin d’éviter tous les dangers possibles.

Les communications mobiles  
Indispensables à toute pratique professionnelle, les besoins en communication (téléphones, GPS, géolocalisation) doivent faire l’objet d’une analyse précise. Elle doivent faire aussi l’objet d’un protocole d’utilisation pour en garantir l’usage le plus sûr.

Les compétences
Utiliser un véhicule dans un cadre professionnel demande des compétences liées à la conduite. Ainsi, la prévention du risque routier professionnel passe par la définition de l’aptitude et la sensibilisation de tous les collaborateurs au risque de l’alcool au volant.