La certification qualité a été délivrée au titre de la catégorie suivante : Action de formation

Travaux en hauteur : quels sont les risques et comment les prévenir ?

Lors de travaux en hauteur, les risques de chutes sont extrêmement fréquents. Que ce soit à cause d’un échafaudage mal monté ou d’un toit insuffisamment sécurisé, la moindre négligence peut avoir des conséquences dramatiques. Nos différentes formations dédiées à cette thématique sont basées sur les recommandations de la CNAM et sur la réglementation imposée par le code du travail. Elles permettent aux salariés travaillant dans ces zones dangereuses d’évoluer en toute sécurité et de se prémunir contre les causes d’accident.

Ce que dit la réglementation

D’après les dispositions énoncées par le code du travail en cas d’interventions dans des zones surélevées, l’employeur est responsable de la sécurité de ses employés et est lui-même censé évaluer les risques que ces derniers encourent. Il se doit ensuite de leur communiquer son diagnostic dans le détail, de mettre en place les aménagements nécessaires, de fournir les équipements adéquats et de faire appel à un personnel qualifié. Si les conditions météorologiques sont trop mauvaises ou que l’environnement général est impossible à sécuriser, le responsable des opérations est forcé de suspendre tout travaux avant qu’une solution satisfaisante soit trouvée. Lorsque l’on parle de personnel qualifié, on sous-entend que l’ensemble des membres de l’équipe amenés à intervenir maîtrisent les bonnes pratiques en matière de prévention et soient capables de réagir efficacement après un accident. D’autre part, chaque type de travail en hauteur possède ses propres spécificités et doit donc être étudié séparément pour être parfaitement maîtrisé. Notons enfin que certaines activités en lien avec le travail en hauteur sont interdites aux jeunes de moins de 18 ans à l’image du montage et du démontage d’échafaudage.

Sécurisation des lieux

La première chose à faire avant de démarrer un travail en hauteur afin de prévenir les risques est de sécuriser le lieu d’intervention. Pour commencer, des garde-corps rigides et stables sont positionnés aux abords des précipices et sur les escaliers dépourvus de rampe. Ils sont solidement fixés et ne sont plus jamais déplacés jusqu’à la fin du chantier, sauf en cas d’absolu nécessité. Un filet de protection antichute peut également être installé pour renforcer le dispositif global. Ces deux éléments sont des équipements de protection collective (EPC). Ils sont généralement accompagnés d’une signalisation adéquate destinée à baliser les zones à risque. Il est obligatoire de réaliser une maintenance régulière des équipements de protection collective et d’inscrire les diverses observations effectuées dans un registre dédié. Ce document récapitulatif est placé sur le chantier pour pouvoir être consulté à tout moment lors d’un éventuel contrôle.

Utilisation des échafaudages et des plateformes élévatrices

La zone d’intervention en elle-même n’est pas la seule à réclamer des mesures préparatoires particulièrement précautionneuses. Il en va de même pour les moyens d’accès aux zones en surélévation comme les échafaudages ou les plateformes élévatrices (fixes ou mobiles). L’utilisation d’un échafaudage est par exemple régi par un large panel de normes officielles en rapport avec son montage et son démontage, la quantité de charges qu’il est en mesure de supporter ou encore la résistance des sols sur lesquels il repose. La capacité à assembler une telle structure et le savoir-faire nécessaire pour être capable d’y monter sont deux compétences bien distinctes qui font l’objet d’habilitations indépendantes. Concernant le maniement d’une plateforme élévatrice mobile de personnel (PEMP), une autorisation de conduite délivrée par l’employeur est exigée. Vous pouvez faire appel à nos formateurs intervenant dans toute la France pour que vos équipes puissent passer le CACES correspondant à ce type d’engin. Pour terminer, sachez que l’installation d’une plateforme suspendue motorisée est certifiée par une simple attestation de compétences et que les plateformes sur mats ne nécessitent aucun document en particulier mais qu’elles peuvent tout de même être étudiées à l’occasion de formations internes.

Équipements de protection individuelle (EPI)

Afin que les travaux en hauteur se déroulent sans risque, l’utilisation d’équipements de protection individuelle est primordiale. Cette catégorie comprend notamment les harnais de sécurité, les casques, les lignes de vie ainsi que les cordes et les mousquetons. L’emploi de ce matériel est soumis à certaines règles strictes établies par le code du travail. Vu la dangerosité de l’activité qu’elles encadrent, celles-ci doivent être scrupuleusement respectées. Dans un premier temps, il est demandé aux salariés de vérifier l’état de leur équipement avant de se lancer dans un travail en hauteur. Le moindre signe de détérioration conduit automatiquement au remplacement de l’élément défectueux. Un équipement de protection individuelle réservé à un usage personnel se doit ensuite d’être utilisé par un seul et même individu. Il ne peut pas être prêté entre les membres d’une équipe. Du côté de l’employeur, une vérification annuelle du matériel fourni par l’entreprise est obligatoire. Le stockage dans un lieu réservé à l’abri de l’humidité et des chocs est également vivement recommandé.

Quel type d’EPI faut-il choisir ?

Cette donnée dépend de la configuration de l’environnement de travail dans lequel vos salariés évolueront. Pour parler plus concrètement, la fixation d’un équipement de protection individuelle sur son point d’ancrage ne se fait pas de la même manière sur une structure en béton que sur une surface métallique. De plus, la hauteur et la dangerosité du chantier, en fonction de leur importance, exigent des niveaux de protection différents. Contactez-nous dès à présent pour discuter avec nos spécialistes et y voir plus clair dans la nature des EPC et des EPI que vous vous devez de posséder. Nous avons en stock les meilleurs produits du marché que nous pouvons vous proposer à des prix très attractifs.

Contenus complémentaires de nos formations sur les travaux en hauteur et leurs risques associés

Au-delà des nombreux aspects qui viennent d’être présentés, EPC / EPI, réglementation générale, structure pour accéder aux zones surélevées, nos formations dédiées aux travaux en hauteur et aux risques qu’ils impliquent contiennent également d’autres modules en rapport avec la thématique. Nous enseignons par exemple les procédures d’évacuation des victimes afin d’être capable de réagir efficacement dans les situations de crise. Nous organisons également des sessions réservées aux tâches moins périlleuses nécessitant uniquement une échelle ou un escabeau ainsi que des cours consacrés aux interventions sur corde. Quels que soient vos besoins, nous vous préparerons un programme à la carte adapté à vos activités.

Le catalogue d’ITBS Formation ne s’arrête pas là. Comme évoqué plus haut, il est probable que vos salariés aient besoin d’acquérir davantage de compétences. Se préparer au passage du certificat d’aptitude à la conduite en sécurité d’une PEMP par exemple ou même à l’entraînement aux gestes de prévention de la santé au travail. Sur nos plateaux techniques situés en région parisienne et en région PACA ou directement sur vos chantiers, nos experts transmettront l’ensemble des savoirs nécessaires à la sécurité sur le lieu de travail et au mieux-être en général. Après notre passage, la cohésion d’équipe sera renforcée, la productivité améliorée. Il n’est jamais superflu de rechercher à étoffer les aptitudes de vos équipes, bien au contraire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *